`
Espace doctorants en danse

GOSSELIN, Anne-Sophie

Titre de la thèse : : La danse à l’école des pauvres. Projet politique d’intégration sociale des enfants des favelas. L’exemple d’une ONG à Fortaleza, Brésil.

Discipline : STAPS

Directeur de thèse : Jacques Defrance
Co-directeur : Sylvia Faure

Université : Paris Ouest Nanterre La Défense
École doctorale : Ecole doctorale 456 « Sciences du sport, de la motricité et du mouvement humain »
Équipe de recherche ou laboratoire : « Centre de recherche sur le sport et le mouvement » EA2931

Date de soutenance : 18 novembre 2011


Résumé de thèse : Basé sur une démarche empirique, l’objet d’étude de la thèse est centré sur la notion de pauvreté dans ses dimensions corporelle et politique. Réalisé entre 2006 et 2007 dans une ONG brésilienne où sont enseignées les danses classique et contemporaine à des jeunes des favelas de Fortaleza (métropole du Nordeste du Brésil), le travail ethnographique constitue un fondement empirique pour questionner de manière théorique l’articulation entre les processus de socialisation et d’incorporation dans les logiques de prise en charge des populations dites pauvres, exclues ou marginalisées. Dans le cadre d’une idéologie de l’intégration sociale, nous démontrons comment l’art chorégraphique est réapproprié et utilisé comme mécanisme éducatif de lutte contre l’exclusion sociale. L’enjeu du travail d’observation et d’analyse sociologique est de montrer, dans une démarche compréhensive, en quoi la danse peut être – ou ne pas être – support d’une insertion sociale et d’une affiliation aux institutions éducatives. En d’autres termes, comment l’apprendre par corps peut participer d’un projet de socialisation des populations des favelas. Est-ce qu’apprendre la danse permet – ou ne permet pas – de se constituer un rapport « différent » au monde social et à l’insertion dans ce monde social ? L’observation ethnographique révèle des processus de socialisation qui mettent eu jeu le corps, mais aussi le langage et l’affect. Entre la favela et l’école de danse, l’analyse fait ainsi apparaître une socialisation plurielle qui débouche sur des logiques de socialisation différenciées à la fois complémentaires et conflictuelles. En dépassant la réalité locale observée, cette étude permet finalement une réflexion générale sur les notions d’intégration et d’exclusion, sur la pauvreté dans les favelas, les politiques sociales et les actions des ONG sur ce que l’on nomme les « marges » de la société Brésilienne.

Mots clé : Travail social – favelas – Brésil – ONG – danse – politique du corps


Notice bibliographique :
GOSSELIN Anne-Sophie, « Des écoles de danse pour les jeunes des quartiers populaires. Approche comparative entre la France et le Brésil. » Revue Diversité n° 160 « Du côté du corps », mars 2010, pp 116-123

FAURE, Sylvia, GOSSELIN Anne-Sophie, « Apprendre par corps : le concept à l’épreuve de l’enquête empirique. Exemple des jeunes danseurs des favelas », Regards Sociologiques, n° 35, « corps et habitus », 2008, pp 27-36.

GOSSELIN Anne-Sophie, « Ethnographie d’une activité physique et artistique », Actes du Colloque « Ethnologie et sciences du sport. Corps, mouvement et sport : convergences et pistes d’interrogation », 22-23 mai 2008. ed. Nanterre : Université de Paris X Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, 2008

Contact : asogoss@yahoo.fr

[fiche publiée en mars 2012]

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Appel à communication




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES