`
Espace doctorants en danse

VERLINDEN, Elodie

Titre de la thèse : Danse et spectacle vivant. Réflexion critique sur la construction des savoirs.

Disciplines : sciences humaines, philosophie et lettres, arts du spectacle, danse, sémiologie, épistémologie, réception spectatorielle

Directeur de thèse : André Helbo

Université : Université Libre de Bruxelles (ULB)
École doctorale : Belgique/ Sciences de l’information et de la communication (www.edsic.be)
Équipe de recherche ou laboratoire : ReSIC (http://resic.ulb.ac.be/)

Date de soutenance : avril 2010


Résumé de thèse : Les pratiques contemporaines (Tanztheater, « non-danse », …), exogènes (kathakali, Jingju, kabuki, …) et plus anciennes (commedia dell’arte,…) rendent les définitions de la danse labiles. Comment les sciences ont-elles pensé la danse ? Fallait-il penser la danse ?
La thèse a pour objectif premier de relire les discours scientifiques sur la danse à travers quelques démarches considérées comme illustratives d’une discipline : les modes de représentation de Susan Leigh Foster ; les formes de présentation et de représentation de Judith Lynne Hanna ; le lecteur modèle d’Umberto Eco (et son application au spectateur cf. De Marinis) ; les questionnaires de Patrice Pavis, d’André Helbo, d’Anne Ubersfeld, etc ; la vectorisation de Patrice Pavis ; la sous-partition et la pré-expressivité d’Eugenio Barba ; le Rasaesthetics de Richard Schechner ; l’orchésalité de Michel Bernard ; etc.
Ce parcours a pour vocation seconde d’interroger les modes de construction de l’objet danse au sein des études en arts du spectacle vivant. A travers quels questionnements peut-on appréhender la performance dansée sans englober un paradigme plus vaste ? Est-il possible de définir de façon exclusive la danse ? Peut-on identifier des caractéristiques ou des associations de caractéristiques qui lui seraient propres ? Tenter de répondre à ces questions permet d’attirer l’attention sur des paramètres « fragiles », généralement masqués par des approches globalisantes ou non-adaptées (souvent logocentrées), des paramètres tels que l’énergie, l’intention, la pulsion auto-affective, les champs sensoriels, les technique extra-quotidiennes, etc. Des notions qui ont également obligé l’auteur à se tourner vers des discours non spécifiques comme les neurones miroirs de Rizzolatti et Sinigaglia ou l’ENS de Blakeslee (Schechner).
L’approche défamiliarisante et globalisante, tente d’aborder des modélisations « en perspective » par rapport à leur objet, une approche qui conduit non seulement à saisir de manière critique les regards sur la danse mais à élaborer un modèle propre qui pose à la fois la question de l’identité et des processus énonciatifs de la danse au sein du paradigme des « arts du spectacle vivant ». Cette interrogation des présupposés, prend conscience que tout savoir est indissolublement lié à un point de vue et que l’observateur a indissolublement partie liée avec l’observé.
Il s’ensuit que l’analyse proposée, par essence multifocale et plurielle, gagne à assumer son caractère provisoire. Le parcours, le questionnement véhiculé importent tout autant que les réponses apportées.


Notice biographique : Elodie VERLINDEN est chercheur et maître d’enseignement à l’Université Libre de Bruxelles, elle y enseigne le cours "Approches de la danse". Sa thèse « Danse et spectacle vivant. Réflexion critique sur la construction des savoirs » a été défendue en avril 2010. En 2011 elle a effectué un postdoctorat à l’université de Lille 3 où elle a travaillé sur les pratiques d’amateurs en danse. Ses recherches actuelles son principalement basées sur les modes de réception spectatorielle en danse.
Sa bibliographie complète est disponible sur le dépôt institutionnel de l’ULB : http://difusion.academiewb.be/

Contact : Elodie.verlinden@ulb.ac.be

[fiche mise à jour en février 2012]

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Appel à communication




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES