`
Espace doctorants en danse

Gabriella Asaro • L’éphémère qui se veut éternel. La Sténochorégraphie d’Arthur Saint-Léon et les autres systèmes de notation de la danse du XIXe siècle, janvier 2011




Gabriella ASARO soutiendra sa thèse en histoire contemporaine,
sous la direction de Jean-Claude YON

L’éphémère qui se veut éternel. La Sténochorégraphie d’Arthur Saint-Léon
et les autres systèmes de notation de la danse du XIXe siècle

Le lundi 10 janvier 2011 à 14h30
à l’Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines
Site de Guyancourt
Bâtiment d’Alembert – Salle des thèses (2ème étage),
5-7, Boulevard d’Alembert, 78 280 Guyancourt.

Membres du jury :
M. Jean-Claude YON, maître de conférences habilité en Histoire contemporaine, UVSQ
v
Mme Hélène LAPLACE-CLAVERIE, professeur de Langue et littérature françaises, Université d’Avignon
Mme Roland HUESCA, professeur d’Esthétique, Université Paul Verlaine de Metz
M. Jean-Yves MOLLIER, professeur d’Histoire contemporaine, UVSQ
Mme Florence GÉTREAU, conservateur du patrimoine, directeur de recherche au CNRS et docteur habilité, directrice de l’Institut de recherche sur le patrimoine musical en France (IRPMF / CNRS, UMR200)
Mme Sylvie JACQ-MIOCHE, professeur agrégé de Lettres modernes, professeur de Français et d’Histoire de la danse à l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris

Résumé :
Longtemps ignorés, les systèmes de notation chorégraphique du XIXe siècle attirent depuis trois décennies l’attention des historiens de la danse et des spécialistes de notation chorégraphique, mais, jusqu’à présent, ils n’ont jamais été étudiés dans le cadre de l’histoire culturelle. Le but de notre thèse est d’étudier les relations entre la théorisation de la notation chorégraphique comme instrument de rachat et de régénération du ballet français, et les conditions de vie, de travail et de considération sociale des danseurs – et surtout des danseuses – du XIXe siècle, afin d’expliquer les raisons de l’échec des systèmes de notation chorégraphique de l’époque, malgré leur valeur et utilité potentielles. Cela nous a menée aussi à une réflexion sur les enjeux de la notation de la danse et de la reconstitution du répertoire du XIXe siècle.
Abstract :
After having been ignored for a long time, the 19th-century dance notation systems are drawing, since the last three decades, the attention of dance historians and dance notation specialists, but they have not been considered yet as a culture history phenomenon. Our PhD thesis intends to study the links between the theorisation of dance notation as a way of redeeming and regenerating French ballet, and the conditions of life, work, and social reputation of (mostly female) dancers in the 19th century, in order to explain why the dance notation systems of this period failed, in spite of their value and usefulness. Moreover, we consider the aims of dance notation and reconstruction of the 19th-century repertoire.

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Appel à communication




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES