`
Espace doctorants en danse

GOUY, Audrey

Intitulé de la thèse : La danse étrusco-italique : étude de la culture chorégraphique de l’Italie pré-romaine.

Disciplines : Histoire de l’art et Archéologie

Directeur de thèse : Stéphane Verger (EPHE)
Co-directeur : Natacha Lubtchansky (Université de Tours) et Adriano Maggiani (Université de Venise)

Universités : Ecole pratique des Hautes Etudes (EPHE), Paris et Université Ca’ Foscari, Venise.
École doctorale : ED 472
Équipe de recherche ou laboratoire : EA 4115 - Histara

Année d’inscription en thèse : 2009-2010


Résumé de thèse :
Actuellement en doctorat à l’École pratique des Hautes Études à Paris et co-tutelle avec l’Université Ca’ Foscari de Venise, Audrey Gouy travaille sur la danse antique gréco-romaine, et plus précisément sur la danse étrusque et italique. La thèse engagée est une étude inédite de l’ensemble des représentations de danse en Étrurie tyrrhénienne, padane et campanienne. L’objectif de cette étude est de renouveler l’approche de la danse antique, notamment par l’utilisation de nouvelles méthodologies, par des orientations pluridisciplinaires et une mise en perspective de type comparatiste.
Cette thèse se situe dans la suite de deux travaux menés en Master sur la danse étrusque. Le premier, en Master I à l’Université de Tours et sous la direction de Natacha Lubtchansky, portait sur le komos (danse liée à la consommation du vin) dans les représentations funéraires étrusques aux VIe et Ve siècles avant J.-C. Le second, en Master II à l’EPHE sous la direction conjointe de Stéphane Verger (EPHE) et Natacha Lubtchansky (Univ. de Tours), portait sur les gestes de la lamentation funèbre étrusque (VIIe-Ve siècles avant J.-C.), des gestes qui chez les Etrusques semblent prendre une forme dansée autour du défunt. Ce dernier travail permit d’introduire une méthode de lecture précise de l’image, celle de la typologie des unités gestuelles afin d’en comprendre la construction, afin de les reconnaître et, lorsque c’est possible, de les restituer. La thèse de doctorat engagée a pour objectif d’approfondir nos méthodes de lecture de l’image étrusque, dont quelques solutions ont été initiées dans notre travail de Master II, et de les élargir à l’ensemble des représentations de danse. Elle visera de plus à définir la représentation même de la danse puis les différents types de danse que l’on peut rencontrer et qui devaient très probablement être pratiqués. Lorsque l’image le permettra, les gestes de danse seront restitués grâce à un programme de modélisation informatique particulier, à savoir la troisième dimension, de manière à en comprendre la construction. Enfin, ce travail aura pour objectif d’éclaircir des questions d’ordre social, telles que la professionnalisation des danseurs, leur statut social, la répartition sexuée des gestes de danse, et plus largement l’importance sociale (politique, religieuse, etc.) de la danse au sein de la société étrusque.

[fiche mise à jour en octobre 2011]

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Appel à communication




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES