`
Espace doctorants en danse

19 mars 2010 • Danse et philosophie, texte de Valérie PERES

Indicible et logos Ou Comment la danse interroge la philosophie

Valérie Pérès

Atelier des doctorants en danse, Bruxelles, 19 mars 2010

Durée de l’intervention : 20 mn


En 1790 E Kant publie Critique de la faculté de juger, livre dans lequel il fonde une philosophie de l’esthétique et où il catégorise les arts. La danse se retrouve absentée de cette classification. Ainsi, la danse ne pourrait être systématisée et catégorisée et ne relèverait donc pas du logos. Elle relèverait d’un autre lieu : l’ineffable ou indicible. Dans ce cas, faut-il considérer la danse comme l’Autre du logos ?
Loin de ce constat nous faisons au contraire l’hypothèse que la danse serait condition de possibilité du logos. La danse ou plus globalement les arts vivants relèveraient d’une logique unaire , logique paradoxale associant les contraires dont l’oxymore en serait la figure emblématique. Pour développer cette hypothèse, nous allons nous appuyer sur le processus de création chorégraphique. La chorégraphie est l’acte d’écrire en faisant appel au corps en mouvement. Se joue alors une relation corps/écriture où le corps se constitue en graphie afin de faire émerger le geste en forme signifiante. Cependant, la chorégraphie, en constituant son écriture à partir du corps, porte en elle-même sa propre fragilité.

Pour lire la suite, téléchargez le document en pdf.

  • Documents joints
  • A LA UNE



    Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Programme




    Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




    Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




    Recherches en danse n° 5




    Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




    Edition Danse.com




    Le Doctorat à la loupe




    Suivre les nouveautés du site en RSS


    TOUTES LES UNES