`
Espace doctorants en danse

SHIM, Kyung-eun

Intitulé de la thèse : L’assimilation du tour-pivot en danse classique la pirouette en dehors par la danse coréenne Hanbaldeuleodolgi : une étude comparative de la manière dont la danse classique et la danse coréenne maîtrisent les principes fonctionnels du tour-pivot à partir d’une analyse de leur apprentissage

Disciplines : Art : Histoire et théorie

Directeur de thèse : Blandine Bril

Université : École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
Équipe de recherche ou laboratoire : GRAC (Groupe de Recherche Apprentissage et Contexte)

Date de soutenance : 26 février 2016


Résumé de thèse :
A partir des échanges culturels entre l’Occident et l’Asie depuis début de 20e siècle, la danse coréenne a intégré tout en les transformant des figures de la danse classique. Nous avons retenu une figure centrale de la danse classique la pirouette en dehors, qui dans la danse coréenne est connue sous le nom de Hanbaldeuleodolgi. L’intérêt de cette figure dansée est qu’elle relève d’une esthétique différente selon le contexte culturel dans lequel elle est réalisée tout en répondant à des principes mécaniques analogues. Notre recherche vise donc à saisir d’une part comment est exprimé dans ces deux cultures (France, Corée), un mouvement dansé qui relève de contraintes mécaniques similaires (créer des forces de rotation) et d’autre part comment cette figure dansée est apprise par les jeunes danseuses. Pour mener à bien ce projet nous avons intégré diverses approches complémentaires entre différents cadres disciplinaires. Nous proposons deux manières de décrire le tour pivot, qualitativement étudié à l’aide de la théorie de Laban et à partir d’entretiens semi-directifs des professeurs pour savoir comment chaque culture perçoit les propriétés du tour pivot d’une part et d’autre part comment l’apprentissage est envisagé. Par ailleurs une analyse biomécanique du tour pivot a permis de montrer comment chaque culture maîtrise les paramètres de mouvement. Ces analyses mises en perspective avec une certaine philosophie coréenne de la personne nous permet de saisir, du moins en partie, le processus de transformation et donc d’assimilation d’un mouvement dansé de la danse classique par la danse coréenne.

Notice biographique :
Kyung-Eun Shim est titulaire d’un docteur en « Art : Histoire et Théorie » et porteur du projet ANR-13-APPR-0005-01 GESTEC, dont Blandine Bril est responsable scientifique - GRAC (Groupe de Recherche Apprentissage et Contexte) de l’EHESS. Elle est titulaire d’un Master 2 en Esthétique à l’université de Paris 1- Panthéon Sorbonne, du Perfectionnement en Notation Laban au CNSMDP, du DFS en danse contemporaine au CNR de Nancy et d’une Licence en Danse de l’université Sang Myung (Corée). Elle a suivi des stages de formation, en particulier danse thérapie (Paris 5), barres flexibles (Wilfride Piollet). Elle a travaillé en tant que danseuse traditionnelle coréenne, enseignante de danse ainsi que notatrice Laban. Actuellement, elle enseigne la pratique et la théorie de danse en tant que maître de conférences dans différentes universités en Corée.

Contact : kyung-eunshim@hotmail.fr

[fiche publiée en avril 2016]

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Appel à communication




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES