`
Espace doctorants en danse

Appel à communications • De Bordeaux à Saint-Pétersbourg, Marius Petipa (1818-1910) et le ballet « russe », 21-23 octobre 2015, Bordeaux





Le réseau international MLADA – MSHA (Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine) L’EA 4593 CLARE-ARTES de l’université Bordeaux-Montaigne
organisent un

Colloque international les 21-22-23 octobre 2015 au Grand-Théâtre de Bordeaux

De Bordeaux à Saint-Pétersbourg, Marius Petipa (1818-1910) et le ballet « russe »

•> Date limite : 15 novembre 2014

Le grand ballet académique, connu également sous le vocable de « ballet russe », est le produit d’une évolution initiée au XVIIIe siècle en Russie et parachevée dans la seconde moitié du XIXe siècle par Victor-Marius-Alphonse Petipa (1818-1910), maître de ballet principal des Théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg de 1869 à sa mort.
Né à Marseille dans une famille de danseurs et d’acteurs, Marius Petipa, après des contrats éphémères dans plusieurs théâtres dont celui de Bordeaux, a effectué une carrière de plus de cinquante ans en Russie, où il est devenu Marius « Ivanovitch ». C’est lui qui a fixé les règles du grand ballet académique en laissant à la postérité une soixantaine de créations, dont les plus célèbres (La Bayadère, Le Corsaire, Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant, Raymonda, etc.) continuent d’être données sur toutes les scènes du monde.
Le nom « Petipa » est devenu synonyme de ballet classique. Son expérience, qu’elle soit décriée, parodiée, réinterprétée, reste centrale dans la réflexion de nombreux chorégraphes contemporains (Cf. la version récente du Lac des cygnes par la jeune chorégraphe sud-africaine Dada Masilo). Les ballets de Petipa continuent en outre d’alimenter d’importantes polémiques, comme en témoignent les reconstitutions contestées de ses ballets par S.G. Vikharev au théâtre Mariinski et à la Scala de Milan, et par Iou. P. Burlaka au Bolchoï de Moscou.
La popularité universelle du nom de Marius Petipa laisserait supposer que son œuvre, sorte de « socle commun » de la culture chorégraphique internationale, est très largement connue. Mais cette connaissance n’est que partielle (parmi la soixantaine d’œuvres qu’il a laissées à la postérité, seules quelques-unes continuent d’être montées) et très inégale suivant les pays. En France, son pays natal, aucun ouvrage, pas même une simple biographie, n’a été consacré à Petipa et son œuvre a connu une reconnaissance tardive, consacrée seulement par les relectures de Rudolf Noureïev à la tête du Ballet de l’Opéra national de Paris dans les années 1980.
L’importance du rôle de Petipa pour l’histoire du ballet classique, des relations culturelles franco-russes et de la danse de façon générale justifie qu’une étude globale de son œuvre soit enfin réalisée, dans la perspective de la célébration de son bicentenaire en 2018. Ce colloque se propose de rassembler les connaissances les plus actuelles sur la vie et l’œuvre de Marius Petipa, de dresser un panorama le plus complet possible de ses ballets et de préciser son rôle dans l’histoire du théâtre musical, ainsi que sa place dans l’univers contemporain de la danse.
Le colloque de Bordeaux ouvrira une série de manifestations culturelles qui culmineront en 2018 à Marseille, la ville natale de Marius Petipa où l’on fêtera le bicentenaire de sa naissance. Pour 2015, les organisateurs proposent d’ébaucher un état des lieux scientifique qui s’organisera autour de quelques objectifs scientifiques structurants :

Axe 1. État des lieux du ballet en France et en Russie vers 1840

  • Le ballet sur les scènes françaises et au Grand-Théâtre de Bordeaux
  • Les origines du ballet en Russie et l’adaptation d’un genre occidental
  • Les figures de chorégraphes français dans l’empire russe : Jean-Baptiste Landé, Charles Le Picq, Charles Didelot, Alexis-Scipion Blache, Auguste Poireau, Arthur de Saint-Léon, Jules Perrot...
  • Le répertoire, la dramaturgie, la musique, la chorégraphie, les interprètes
  • Rôles masculins et féminins dans le genre du ballet : argument, chorégraphie, organisation

Axe 2. Portrait de Marius Petipa, interprète et créateur.

  • Les Petipa, une dynastie de danseurs et d’acteurs
  • Petipa l’interprète : sa carrière et ses rôles à travers les témoignages de contemporains
  • Les ballets : étude des arguments, de la mise en scène (décors et costumes), de la musique (les compositeurs : Cesare Pugni, Riccardo Drigo, Piotr Ilitch Tchaïkovski, Alexandre Glazounov...) ; le « style Petipa »
  • Les réécritures de ballets (de Mazilier, Perrot, Dauberval, etc.) opérées par Marius Petipa

Axe 3. L’institution du ballet en Russie à l’époque de Petipa

  • Le rôle « officiel » du ballet dans les Théâtres impériaux. La troupe de Saint-Pétersbourg et la troupe de Moscou et leur place dans la vie culturelle de la société russe. Le ballet dans les autres théâtres de l’empire russe
  • L’enseignement de la danse à l’époque de Petipa. L’école de ballet de Saint-Pétersbourg
  • Petipa au sein des Théâtres impériaux. Ses relations avec les directeurs
  • Les interprètes de Petipa. Le statut social du danseur/de la danseuse à l’époque de Petipa

Axe 4. Le rayonnement et l’héritage de Petipa dans l’empire russe, en Union soviétique et dans le monde

  • Petipa et la France. Petipa à l’Opéra de Paris
  • De Petipa aux Ballets Russes. De Petipa au ballet soviétique
  • L’héritage de Petipa dans le monde
  • Les ballets de Petipa comme source d’inspiration pour les chorégraphes contemporains

Les langues de travail pour ce colloque seront le français, l’anglais et le russe. Nous vous prions d’envoyer vos propositions de communication (une page maximum) ainsi qu’une brève notice biographique dans une de ces langues avant le 15 novembre 2014 à l’adresse suivante :

Toutes les propositions seront examinées par un comité de sélection international qui donnera sa réponse le 15 décembre 2014. Seules 25 propositions seront retenues pour le colloque de Bordeaux. Les autres pourront être mises en réserve en vue d’un second colloque qui aura lieu à Marseille en 2018. Les modalités pratiques et de prise en charge des participants seront précisées ultérieurement.

Comité scientifique :

  • Hélène Laplace-Claverie, professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (EA 3003 CPRTLL)
  • Walter Zidaric, professeur à l’université de Nantes (EA 4276 L’Amo) Jean-Marie Jacono, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille (EA 3274 LESA)
  • Serguei Konaïev, chargé de recherche à l’Institut national des arts de Moscou (Russie)
  • Anne Swartz, professeur à Baruch College (New York, États-Unis)
  • Claudia Jeschke, professeur à l’université de Salzbourg (Autriche)
  • Michaela Böhmig, professeur à l’université de Naples, L’Orientale (Italie)
  • Pascale Melani, professeur à l’université Bordeaux-Montaigne (EA 4593 CLARE- ARTES)

Comité d’organisation :

  • Pierre Katuszewski, maître de conférences à université Bordeaux-Montaigne (EA 4593 CLARE-ARTES)
  • Marie-Cécile Barras, maître de conférences à l’École supérieure du professorat et de l’éducation de Bordeaux-Aquitaine (EA 4593 CLARE-ARTES)
  • Natalie Morel-Borotra, maître de conférences à l’université Bordeaux-Montaigne (EA 4593 CLARE-ARTES) Pascale Melani, professeur à l’université Bordeaux-Montaigne (EA 4593 CLARE- ARTES)
  • Marie-Lise Paoli, maître de conférences à l’université Bordeaux-Montaigne (EA 4593 CLARE-ERCIF)
  • Josiane Rivoire, Directrice artistique et pédagogique du Département Danse du Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique et de la Danse de Bordeaux-Aquitaine
  • Avec le concours de l’Association slave de l’université Bordeaux-Montaigne

Coordinateur général du projet et contact :

  • Pascale Melani, professeur à l’université Bordeaux-Montaigne (EA 4593 CLARE-ARTES), UFR des Langues et civilisations, Domaine universitaire, F-33607 PESSAC cedex. Courriel : pascale.melani@u-bordeaux-montaigne.fr

Équipes et établissements partenaires :

  • L’EA 3003 CPRTLL de l’université de Pau et des Pays de l’Adour (Pau, France)
  • L’ EA 4276 L’Amo de l’université de Nantes (France)
  • L’EA 3274 LESA de l’université d’Aix-Marseille (France) L’Institut national des arts (Moscou, Russie)
  • Baruch College (New York, Etats-Unis)
  • Le Conservatoire d’État Rimski-Korsakov (Saint-Pétersbourg, Russie)
  • L’Università degli Studi, L’Orientale (Naples, Italie)
  • Universität Salzburg (Autriche)
  • Le réseau national Maison des Sciences de l’Homme (Paris, France)
  • La Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris, France)

La manifestation est soutenue par l’Opéra national de Bordeaux et l’Association des chercheurs en danse.

  • Documents joints
  • A LA UNE



    Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Programme




    Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




    Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




    Recherches en danse n° 5




    Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




    Edition Danse.com




    Le Doctorat à la loupe




    Suivre les nouveautés du site en RSS


    TOUTES LES UNES