`
Espace doctorants en danse

Appel à contributions • Littérature et danse contemporaine

Appel à contributions

pour un ouvrage sur
Littérature et danse contemporaine (entre fiction et performances écrites)
Magali Nachtergael & Lucille Toth (éds.)

•> date limite : 15 mars 2013

La danse moderne puis contemporaine a profondément modifié et redéfini ses relations formelles et esthétiques aux autres champs artistiques : elle s’est émancipée. Bien que la tentation d’une danse « pure » ait traversé la création, elle demeure un art de la performance souvent nourri de littérature, cinéma, installations plastiques et, dans un rapport absolument renouvelé, la musique.

Si cette danse nouvelle n’est pas déconnectée d’une tradition littéraire qui a fourni de nombreux sujets au ballet (Don Quichotte, Manon Lescaut, Roméo et Juliette, Cendrillon ou encore Gisèle), elle établit surtout un nouveau rapport au texte qui n’est pas seulement un argument à la pièce.

Les nombreuses collaborations entre écrivains et chorégraphes témoignent des multiples possibilités scéniques (et physiques) de la littérature dans le monde de la danse contemporaine. Les exemples abondent, qu’ils concernent l’utilisation des textes lors des phases de recherche et de création ou se manifestent directement par la la présence d’écrivains sur scène (Pascal Quignard chez Carlotta Ikeda, Christine Angot chez Mathilde Monnier, ou le journaliste Denis Robert chez Thierry Baë) qui sont autant de préludes à des collaborations littéraires (Mathilde Monnier et Jean-Luc Nancy ou Dominique Fourcade, Yvann Alexandre et Emmanuel Adely). Les dispositifs scéniques peuvent aussi impliquer des textes dits ou projetés sur scène. Accompagnant ce mouvement de narrativisation autour de la danse, on constate également l’apparition de chorégraphe écrivain, tels Maguy Marin, Marie Chouinard, Boris Charmatz.

Au-delà de ce réservoir littéraire et poétique où vont puiser danseurs et chorégraphes, quelles sont les intersections entre la littérature et la danse aujourd’hui ? Peut-on penser une réciprocité ? Quelles nouvelles textualités peuvent émerger des pratiques de notations chorégraphiques, par exemple ? Quelle valeur donner à ces textes qui écrivent les pas des danseurs, parfois en amont, en simultané ou après la performance ?

Après avoir dressé un panorama de ce qui compose l’arrière-plan littéraire des productions dansées contemporaines, nous interrogerons les différentes formes de collaborations entre écrivains, chorégraphes et danseurs sur scène. Enfin, il s’agira de définir un corpus littéraire à partir des écrits de la danse contemporaine pour replacer cet art dans le champ d’une nouvelle forme de littérature s’ouvrant à l’expression visuelle, à mi-chemin entre fiction et performance écrite.


L’ouvrage sera composé de courts articles monographiques, d’études comparées, thématiques ou théoriques sur les rapports entre danse contemporaine (1970 à aujourd’hui) et littérature (sans limitation temporelle). Des propositions d’études sur des écrits de chorégraphes ou des manuscrits sont également les bienvenus. Les articles peuvent faire entre 6000 et 8000 signes (espaces compris) pour les articles monographiques ou entre 10.000 et 20.000 signes pour les articles critiques comparatistes, thématiques ou théoriques.

Les propositions de contribution sont à envoyer à l’adresse suivante avant le 15 mars 2013 : litteraturedanse@yahoo.fr

Les articles définitifs seront à remettre fin septembre 2013.


Petite bibliographie indicative

Littérature. La littérature et la danse, n°112, Paris, Armand Colin – Larousse, décembre 1998.
Mobiles. Mémoire et histoire en danse, n°2, collection Arts, L’Harmattan, 2010.
Alain Badiou, Petit manuel inesthétique, Seuil, 1998.
Dominique Bagouet, Ecrire la danse, L’Harmattan, 2012.
Boris Charmatz, Je suis une école, Les Prairies ordinaires, 2009.
Laura Combo et Stefanio Genetti (dir.), Pas de mots : de la littérature à la danse, Hermann, 2010.
Véronique Fabbri, Paul Valéry. Le poème et la danse, Savoirs, Hermann, 2009.
Danse et philosophie. Une pensée en construction, L’Harmattan, 2007.
Jan Fabre, Histoire des larmes, L’arche, 2005.
— Journal de nuit (1978-1984), L’arche, 2012.
Brigitte Gauthier, Le langage chorégraphique de Pina Bausch, L’arche, 2008.
Martha Graham, Mémoire de la danse, Babel, Actes Sud, 2003.
Bettina L. Knapp, L’écrivain et la danse. Modèles d’un archétype, Espaces littéraires, L’Harmattan, 2002.
Simon Hecquet et Sabine Prokhoris, Fabriques de la danse, Lignes d’art, PUF, 2007.
Laurence Louppe, Poétique de la danse contemporaine, Contredanse, 2004.
Danses tracées, Dis voir, 1991
Frédéric Pouillaude, “D’une graphie qui ne dit rien,” Poétique, n°112, février 2004.
Angelin Preljocaj, “Danse et littérature”, Encres vagabondes, n°7, janvier-avril 1996.


Contacts :
Magali Nachtergael nachtergael@univ-paris13.fr
Lucille Toth ltoth@usc.edu

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Appel à communication




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES