`
Espace doctorants en danse

30 novembre 2012 • Le corps, la danse et le théâtre. Frontières, postures et croisements, programme

Cycle « Corps et danse »

Le corps, la danse et le théâtre.
Frontières, postures et croisements

Centre national de la danse, Pantin
Vendredi 30 novembre 2012, 9h-18h

La notion de corps est bien sûr très vaste ; analysable de plusieurs points de vue, elle ouvre à une pluralité de perspectives.

L’Atelier des doctorants en danse propose cette année un cycle de rencontres dédiées au corps en relation avec la scène, une réflexion sur l’instrument « corps » que la danse partage avec d’autres disciplines, en questionnant ses relations avec la scène. Nous souhaitons interroger le corps en tant qu’instrument créatif et aborder ses évolutions à travers le temps, des scènes de danses de cour aux performances contemporaines (sur et hors de l’espace scénique).

Le cycle de rencontres se décline sur trois Ateliers :
1- Le corps, la danse et le théâtre. (30 novembre 2012)
2- Le corps et l’image. (février/mars – date à déterminer)
3- Le corps sur la scène et hors de la scène. (mai/juin – date à déterminer)


PROGRAMME

Journée en présence de Josette Féral, Céline Frigau Manning, Marina Nordera.*

9h00
Accueil des participants

9h30
Introduction de la journée

9h45-10h15
Alessia Gennari, docteure en Arts du spectacle, Université de Milan (ELCI) : Entre théâtre et danse : l’Odin Teatret et la démonstration de travail The Whispering Winds .

L’Odin Teatret travaille depuis cinquante ans au croisement entre danse et théâtre. Dans mon intervention j’aborderai la thématique du training des acteurs de l’Odin, qui se nourrit d’un continuel échange entre tradition théâtrale et danse, entre théâtre occidental et asiatique, pour aboutir à la construction d’une dramaturgie d’acteur qui peut être définie comme une veritable « danse des intentions ». En particulier, je présenterai la demonstration de travail « Whispering winds » (1997) dans laquelle Eugenio Barba et ses acteurs réfléchissent sur le rapport entre théâtre et danse.

10h15-10h45
Julie Gothuey, doctorante en Arts du spectacle, Université de Lorraine (2L2S) : Réunir les altérités : échanges, reconstructions, incarnations. Le corps à l’épreuve des disciplines et des techniques dans l’œuvre de Josef Nadj.

Dans l’étude d’une œuvre qui semble résister aux genres et aux catégories, la question du corps est en réalité multiple : quelles techniques et pratiques sont privilégiées par Josef Nadj ? Quels modèles et incarnations transpose-t-il sur le plateau ? Comment analyser les usages et les images du corps dans le cadre d’une création pluridisciplinaire ? Cette rencontre entre les arts doit-elle nous amener à construire de nouveaux outils pour appréhender ce corps spectaculaire « hybride » ?

10h45
Discussion

11h00-11h15
Pause

11h15-11h45
Elodie Chamauret, doctorante en Lettre et Arts, art de la scène et de l’image, Université Lumière Lyon 2 : Le corps de l’acteur dans La Traversée des langages d’Armand Gatti.

Dans son « théâtre possibiliste » - théâtre dont la place du texte est centrale, Armand Gatti a recours à une expression chorégraphique polymorphe issue d’une hybridation corporelle trouvant sa source dans diverses pratiques. Gatti a recours à des grammaires corporelles mettant en jeu, de manière immédiate, des corps en mouvement, des corps agissants pour porter une parole théâtrale conceptuelle et non-psychologique.

11h45-12h15
Anne Pellus, doctorante en Arts du spectacle, Université Toulouse 2 : Formes et enjeux de la théâtralisation des corps dans la création chorégraphique contemporaine. Retour sur Turba de la compagnie Maguy Marin.

Quelle(s) corporéité(s) se déploient dans le « devenir-hybride » des dernières créations de la compagnie Maguy Marin ? Que devient le corps du danseur en scène lorsque le geste dansé semble avoir disparu et que l’interprète prend la parole ? A partir de l’analyse des « états de corps » dans Turba (2007), corps quotidiens et corps surthéâtralisés évoluant sur une partition rythmique d’une grande précision, nous tenterons de montrer comment le spectacle devient le lieu d’un nouveau partage du sens et du sensible entre le théâtre et la chorégraphie.

12h15-12h30
Discussion

12h30-14h00
Déjeuner

14h00-14h30
Dominique Lauvernier, doctorant en Histoire de l’art, équipe HISTARA (EA 4115), École Pratique des Hautes Études : Le corps dansant dans les formes scéniques du XVIIIe siècle : essai de mise en place d’un protocole méthodologique à partir des archives des Menus-Plaisirs et de restitutions virtuelles.

À partir de quelques exemples nous nous interrogerons sur les rapports complexes de la danse et des formes théâtrales au cours du XVIIIe siècle. L’étude d’archives peu connues (partitions, plans) que nous menons recourt à la modélisation virtuelle des espaces scéniques, dans l’objectif de permettre ainsi aux chercheurs et aux praticiens de mieux appréhender l’espace dramatique du XVIIIe siècle.

14h30-15h00
Pierre Philippe-Meden, doctorant en Ethnoscénologie, Université Paris 8 (EA 1573, Scènes et Savoirs, MSH Paris-Nord) ; Ater Atelier SHERPAS (EA 4110) Faculté de sport et d’éducation physique de Liévin, Université d’Artois : L’hébertisme, la danse et le théâtre.

D’une problématique simple, mais qui n’a jamais donné lieu à des travaux vraiment approfondis : Quelles significations donner à l’introduction de la Méthode Naturelle, du lieutenant de vaisseau Georges Hébert (1875-1957), dans les cours de la formation du comédien, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, en France ? – nous retracerons les enjeux méthodologiques de notre recherche doctorale, à partir d’une analyse descriptive de la revue L’Éducation Physique (1902-1973), le principal organe de propagande de l’hébertisme en France et à l’étranger. Nous tenterons ainsi de saisir comment, dès lors que le corps est placé au centre de la scène, l’hébertisme irrigue les expériences menées sur les actions physiques par les réformateurs des arts vivants, danse et théâtre, mais aussi comment celles-ci se reconnaissent dans le contexte hébertiste.

15h00-15h30
Claudia Helena Daher, doctorante en Études luso-brésiliennes, Université Grenoble 3–Stendhal / Universidade Federal do Paraná (Brésil), Centre de Recherches sur l’Imaginaire : Les images du corps dans les scènes de bal.

Notre analyse portera sur l’image du corps dans les scènes de danse, en nous appuyant sur les théories de l’Imaginaire. On illustrera des différentes images de corps à partir d’exemples littéraires, extraits de textes de la littérature française, portugaise et brésilienne du XIXe siècle. La fonction des bals pour la manutention ou la confirmation des apparences ainsi que la création de « motifs mythiques » par rapport au corps et à la danse sont également des points d’intérêt dans notre recherche.

15h30-15h45
Discussion

15h45-16h15
Pause

16h15-16h45
Véronique Muscianisi, doctorante en Ethnoscénologie, Université Paris 8 (EA 1573, Scènes et Savoirs, MSH Paris-Nord) : Se former au mouvement dramatique dans les Arts du mime et du geste en France.

Les artistes se retrouvant dans le domaine des Arts du Mime et du Geste en France, inscrivent leur recherche sur le mouvement dramatique de l’acteur, s’appuyant sur les principes du mime corporel élaboré par Etienne Decroux (1898-1991). Nous aborderons en particulier le travail de la compagnie du Théâtre du Mouvement, co-dirigée par Claire Heggen et Yves Marc, qui oriente sa démarche sur la « théâtralité et la musicalité du mouvement ». Cette recherche relève d’un travail ethnographique in situ - observation, description, participation pratique.

16h45-17h15
Discussion

17h15
Conclusion de la journée


* Journée en présence de Josette Féral, Céline Frigau Manning, Marina Nordera.

Josette Féral a publié plusieurs livres parmi lesquels Théorie et pratique : au-delà des limites (Entretemps, 2011), Mise en scène et jeu de l’acteur, tomes 1, 2 et 3 (Montréal, Bruxelles, 1997, 1998, 2007), Rezija in Igra (Slovénie, 2008), Trajectoires du Soleil (Berlin et Paris, 1998), Rencontres avec Ariane Mnouchkine (Paris, 1995) et La culture contre l’art (Montréal, 1991). Directrice de plusieurs ouvrages collectifs dont les plus récents sont Le réel à l’épreuve des technologies (avec E Perrot), PUR, 2012 (sous presse) ; Pratiques performatives : Body Remix (Presses de l’Université de Rennes, 2012) ; L’École du jeu (L’Entretemps, 2003) ; ainsi que de numéros spéciaux de revues : Entre deux, du théâtral et du performatif, Théâtre/Public, no 205, juillet-septembre 2012 ; Genetics of Performance (Cambridge Univ. Press, Theatre Research International, 2008) ; The transparency of the text : Contemporary Writing for the Stage (co-éd. avec Donia Mounsef, Yale French Studies, 2007) ; Theatricality (John Hopkins Univ Press, 2002) ; Les chemins de l’acteur (Québec-Amérique, 2001). Elle est auteur de nombreux articles publiés en Europe, en Asie, en Amérique du Nord et du Sud et traduits en plusieurs langues.

Céline Frigau Manning est maître de conférences en études théâtrales et en études italiennes à l’Université Paris 8, membre de l’équipe Scènes et Savoirs (EA1573). Ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, ancienne pensionnaire à la Villa Médicis et agrégée d’italien, elle s’attache essentiellement à explorer l’histoire et l’esthétique des spectacles en France et en Italie au XIXe siècle. Ses travaux portent ainsi sur le jeu des acteurs et des chanteurs, les questions de scénographie, de réception et d’administration. Elle est l’auteur de nombreux articles publiés en Europe et aux Etats-Unis, et a organisé en novembre 2012 à l’INHA et à la Colline – théâtre national un colloque international en hommage à F. Decroisette intitulé Le miroir derrière le rideau. Sur le métathéâtre parlé ou chanté en Italie (XVIe - XXIe s.) dont les actes paraîtront en 2014. Son ouvrage L’œil et le geste. Pratiques scéniques de chanteurs et regards de spectateurs au Théâtre-Italien (1815-1848) paraîtra aux éditions Honoré Champion au premier semestre 2013.

Marina Nordera est professeur en danse et membre du Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts vivants (CTEL EA 6307) à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Après une carrière artistique, elle a obtenu un doctorat en Histoire et Civilisation à l’Institut Universitaire Européen de Florence avec une thèse sur danse et genre à l’époque moderne. Sa recherche et son enseignement portent sur l’histoire du corps et de la danse, en particulier à l’époque moderne et sur les méthodologies de la recherche en arts vivants. Elle a dirigé le Centre de recherche sur l’interprétation des textes en musique et dans les arts du spectacle (RITM EA 3158) de 2009 à 2011, elle est actuellement responsable de la Section Danse et du parcours Etudes en danse du Master Théories et Pratiques des Arts vivants. Parmi ses publications : avec Susanne Franco, Dance Discourses (Routledge, 2007) et Ricordanze. Memoria in movimento e coreografie della storia (UTET Università, 2010) ; avec Roxane Martin, Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire (Honoré Champion, 2011). Elle est membre fondateur de l’association italienne des chercheurs en danse AIRDanza et de l’ aCD (Association des Chercheurs en Danse).


PARTICIPATION AUX ATELIERS

Réservation obligatoire
01 41 83 98 98
reservation@cnd.fr
Du lundi au vendredi de 10h à 19h.

Pour votre participation au buffet-déjeuner, réservation indispensable avant le 25 novembre.
Toute réservation après cette date ne pourra malheureusement pas être prise en compte.

  • Documents joints
  • A LA UNE



    Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Programme




    Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




    Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




    Recherches en danse n° 5




    Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




    Edition Danse.com




    Le Doctorat à la loupe




    Suivre les nouveautés du site en RSS


    TOUTES LES UNES