`
Espace doctorants en danse

Appel à contribution • Traversals of affect/ traversées d’affect, 21-23 Mars 2013, Atlanta

Traversals of affect/ traversées d’affect.

Emory University, Atlanta, USA, 21-23 Mars 2013.

•> Date limite : 15 novembre 2012

Pour Jean-François Lyotard, s’il est possible de parler du pouvoir de l’oeuvre d’art, il est à localiser dans le geste dont elle résulte et qu’elle « met en oeuvre ». Le geste n’appartient pas aux propriétés objectives de l’oeuvre en tant qu’elles pourraient être adéquatement articulées, mais représente plutôt « le pouvoir absolument émotif de l’oeuvre », cela qui « affecte la sensibilité au-delà de ce qu’elle peut sentir. » Sans être immédiatement pensable, le geste ferait jaillir la pensée, la convoquant, précisément en ce que la pensée serait prise au dépourvu. Ainsi, l’oeuvre d’art implique toujours une certaine performance ou performativité, dans les arts plastiques aussi bien que dans les autres arts – elle n’est pas simple représentation, mais convocation exercée par l’imprésentable. La rencontre de l’oeuvre d’art, comme l’éveil par le geste d’un temps-espace-matière qui nous laisse affecté, dans un état d’enfance, ouvre la voie à un certain passage de l’affect inarticulé au discours articulé. Cette traversée entre deux domaines incommensurables, ce site d’un différend, Lyotard la nomme « le transfert ».

Si la rencontre de l’oeuvre d’art offre à Lyotard un cas exemplaire de l’événement de l’aisthesis, le rôle du transfert devient central dans l’interrogation de l’affect, de la sensibilité et du discours articulé. Cette conférence prend pour point de départ la question du transfert pour une approche nouvelle du travail de Lyotard et de la manière dont il traverse les domaines de l’esthétique et de la représentation, de la philosophie et de la psychanalyse. Si le mouvement du transfert entre ces domaines ne permet pas d’effacer leur hétérogénéité mais bien plutôt la confirme, alors le différend que l’oeuvre d’art rendrait manifeste à travers son geste n’est pas dépassé. Nous invitons à réfléchir à la question du rôle de ces passages transférentiels, à leur relation à ce qui demeure étranger à l’articulation, au rôle de l’affect, et à la convocation de la pensée qui émane de l’oeuvre, en relation avec les travaux de Lyotard.

Axes de discussion suggérés :

  • le différend : traversée et transfert
  • la phrase et l’inconscient
  • affect, geste et « mise en corps » performative
  • théâtralité/ théâtrique : de l’oeuvre d’art aux genres de discours et moyens d’échange
  • la performance de l’affect : symptomatique et esthétique
  • l’oeuvre d’art et l’affect quotidien
  • le travail de la psychanalyse et le travail de l’oeuvre d’art

Nous sommes heureux de confirmer la participation de nos deux keynotes, Anne Tomiche (Université Paris-Sorbonne Paris IV) et Barbara Cassin (CNRS/Université Paris-Sorbonne Paris IV). Avec des communications de Geoffrey Bennington et Dalia Judovitz (Emory University).

Merci de nous faire parvenir vos propositions de communication (pas plus de 500 mots), au plus tard le 15 novembre 2012, à l’adresse suivante : traversalsofaffect@gmail.com Nous accueillons les propositions en anglais et en français (l’anglais est toutefois préféré). Une présentation ne doit pas excéder 20 minutes. Merci d’inclure à vos propositions vos noms et université d’affiliation, ainsi qu’une brève biographie.

Responsable : Julie Gaillard, Mark Stoholski

Adresse : Department of French and Italian, Emory University, 537 Kilgo Circle, Callaway N405, Atlanta, GA 30322

A LA UNE



Pratiques de thèse en danse, 14 novembre 2017 • Programme




Atelier des Doctorant en danse, juin 2017 - Programme




Pratiques de thèse en danse - Corps hors-codes, compte-rendu




Recherches en danse n° 5




Écrire les sciences sociales. Un enjeu pour les jeunes chercheurs




Edition Danse.com




Le Doctorat à la loupe




Suivre les nouveautés du site en RSS


TOUTES LES UNES